Est-ce à dire que les premiers chrétiens apprenaient un évangile de manière à pouvoir le réciter de mémoire d’un bout à l’autre ?

En 1996, les éditions Bayard publiaient La parole est tout près de toi. Apprendre l’Évangile pour apprendre à le vivre, par Bernard Frinking. Cet ouvrage traite de la pédagogie orale des évangiles, surtout celui de Marc, qui a retenu l’attention de l’auteur. L’originalité de la proposition de Frinking tient au fait qu’elle s’inscrit dans un paradigme nouveau. C’est en voulant préparer un programme pour l’apprentissage (la mémorisation) de cet évangile, qu’il fit une découverte étonnante : cet évangile avait bel et bien été conçu pour être appris entièrement par les catéchumènes sur un cycle d’un an ; il n’était pas destiné à la lecture, mais à la récitation ; non au parchemin, mais à la mémoire des élèves, qui l’apprenaient en suivant le rythme imposé par les jours du calendrier. Cette méthode est propre à la tradition orale. Et le calendrier utilisé n’est autre que le saint calendrier d’Israël. Car c’est en distribuant le texte de l’Évangile de Marc sur une année entière à partir de la Pâque que Frinking s’est rendu compte que les portions de texte qui chevauchaient alors les fêtes juives se trouvaient à répondre aux thèmes propres à chacune d’elles :
Les deux calendrier [celui de Marc et celui d’Israël] se rencontrent douze fois au moins s’éclairant l’un l’autre. Ces rencontres sont tellement significatives, et les liens tellement évidents, qu’on peut affirmer sans risque de se tromper que l’Évangile de saint Marc présente une relecture du calendrier liturgique d’Israël.
Bernard Frinking, La parole est tout près de toi, Bayard Éditions, 1996, p. 95.

Rencontres entre le cycle des fêtes d’Israël et le cycle de Marc

Les liens entre les fêtes d’Israël et l’évangile reposent sur une distribution uniforme de tout le texte sur l’année entière, en commençant à la Pâque (d’après Frinking). Le calendrier de référence est celui des manuscrits de la Mer Morte, basé sur l’année solaire, pour un total de 364 jours (d'après D. Grenier). Cf.
Denis GRENIER, L’Évangile dans le calendrier : Marc révélé par la liturgie juive, Pictogram, 2004.

Lire la suite