Les fêtes d'automne

1er Tichri – Yom Terouah
Proclamation de la royauté de Dieu

Le 1er Tichri, c’est le Nouvel An civil (Rosh HaChana) où retentit la sonnerie du cor (shofar) qui proclame bien haut la royauté de Dieu sur l’univers. C’est alors que s’ammorcent les « jours redoutables », jours de conversion qui préparent le peuple à recevoir le jugement prononcé en ce jour même et qui sera scellé au Yom Kippour

Une tradition juive raconte comment Adam a pris conscience que son Créateur était le Roi de tout l’univers. Le sixième jour de la création, au moment où Adam a ouvert les yeux, il a considéré le monde merveilleux qui l’entourait et a pris conscience immédiatement que Dieu avait créé le monde, ainsi que lui-même. Et Adam s’est écrié : « L’Éternel est Roi à jamais ! » L’écho de sa voix a alors parcouru le monde au point que l’Éternel a déclaré : « Maintenant, le monde entier saura que je suis Roi ! », et il s’en réjouit. Ce fut le premier Rosh HaChana : jour anniversaire de l’homme et jour du couronnement du Roi des rois.

Le premier Tichri s’amorce le deuxième volet de l’évangile avec la confession de Pierre (Mc 8.27-30) :
Jésus sortit avec ses disciples vers les villages de Césarée de Philippe. En chemin, il se mit à demander à ses disciples : Au dire des gens, qui suis-je ? Ils lui dirent : Pour les uns, Jean le Baptiseur ; pour d’autres, Élie ; pour d’autres encore, l’un des prophètes. Lui leur demandait : Et pour vous, qui suis-je ? Pierre lui dit : Toi, tu es le Christ. Il les rabroua, pour qu’ils ne disent rien à personne à son sujet.

10 Tichri – Yom Kippour
Moïse obtient le pardon d’Israël

Le 10 Tichri, c’est le Jour de l’Expiation (Lv 16 ; 23. 27-32). La tradition juive associe ce jour à la descente de Moïse de la montagne sainte, après une double période d’intercession et de jeûne de 40 jours où il a prié Dieu de pardonner à Israël d’avoir péché en faisant le veau d’or. Moïse est alors redescendu avec les nouvelles tables de la Loi et les plans du Tabernacle, témoignages du pardon obtenu. Ce sera pour actualiser ce grand acte de pardon que le grand-prêtre, le jour de Kippour, enfilera la tunique de lin blanc réservée pour l’occasion et qu’il entrera dans le lieu le plus sacré du Temple pour y présenter le sang du sacrifice prescrit pour faire l’expiation des péchés du peuple.

L’évangile propose alors le récit de la transfiguration de Jésus sur la montagne, marqué par l’éclat extraordinaire des ses vêtements – où il apparaît comme le Grand-Prêtre (Cohén Galol) du monde à venir, par qui s’accomplit la réconciliation (Mc 9. 2-4) :

Six jours après, Jésus prend avec lui Pierre, Jacques et Jean, et il les conduit seuls à l’écart, sur une haute montagne. Il fut transfiguré devant eux : ses vêtements devinrent resplendissants, d’une blancheur telle qu’il n’est pas de teinturier sur terre qui puissent blanchir ainsi. Élie avec Moïse leur apparurent ; ils s’entretenaient avec Jésus.

Les fêtes d'hiver

Samuel oint David
Dans le récit de la transfiguration, Jésus apparaît comme le Grand-Prêtre du monde à venir, par qui s'accomplit la réconciliation.